Catana Group : créer 150 emplois en 3 ans

Catana Group veut créer 150 emplois en trois ans

 |   | LA TRIBUNE - Objectif Languedoc-Roussillon

Après des résultats très positifs en 2017, le constructeur de navires de plaisance est plus confiant que jamais sur son avenir. Le groupe catalan a attaqué le nouvel exercice avec de fortes ambitions et annonce 150 embauches supplémentaires, dont 60 à Canet-en-Roussillon (66).

Catana Group annonce qu'il a bouclé son exercice 2016-2017 avec un chiffre d'affaires de 43 M€ (+ 26 %), dont 80 % réalisés à l'international.

« Les ventes de bateaux neufs, devenues le poumon de notre activité, enregistrent une croissance de 44 %, soit 30,7 millions d'euros. Ce résultat est au dessus de nos objectifs fixés initialement », explique le directeur financier du constructeur catalan de navires de plaisance, David Etien.

Aujourd'hui, les bateaux neufs représentent l'essentiel de l'activité du pôle Bateaux (neufs et occasions), soit 75 %.

Des transactions à la hausse

Cette performance commerciale s'explique par les premières ventes du nouveau modèle CATANA 53, mais surtout par le succès rencontré par les bateaux de la gamme BALI, positionnés sur le marché des catamarans grand public. Au total, 72 unités neuves ont été vendues.

Un nombre qui devrait significativement évoluer, puisque le groupe vise entre 90 et 95 transactions de navires neufs, toutes gammes confondues, pour l'exercice en cours, soit 35 % de croissance. Avec un chiffre d'affaires de 12,47 M€ au 1er trimestre 2018, l'objectif devrait être largement atteint.

Dans un marché très concurrentiel des multicoques, plus particulièrement sur le cœur de marché, le groupe dirigé par Olivier Poncin envisage de commercialiser 2 nouveaux modèles de bateaux par an, avec l'objectif de doubler son chiffre d'affaires d'ici trois ans. Ainsi en 2018, la famille BALI, lancée en 2014, s'agrandit avec deux nouveaux-nés : le BALI 4.1 et le BALI 5.4 (le plus gros de la gamme avec ses 54 pieds).

« Ces deux nouveaux modèles garantiront la poursuite de la très forte dynamique de croissance au-delà de l'exercice en cours », indiquait fin 2017 le groupe dans un communiqué.

Sécuriser la production

Historiquement implanté dans les Pyrénées-Orientales, Catana Group compte trois sites de production : Canet-en-Roussillon, où sont produits 45% des bateaux (CATANA et BALI), près de la Rochelle en Charente-Maritime, et en Tunisie où, depuis deux ans, l'activité de fabrication des petites pièces polyester et de construction du BALI 4.0 est sous-traitée à HACO, qui réalise 20% de la production de bateaux neufs du groupe.

Depuis août 2017, Catana Group détient 30 % de cette entreprise « rentable », selon David Etien. « Une prise de participation capitalistique pouvant être portée à tout moment à 50 % », et motivée par une nécessité de « sécuriser la source d'approvisionnement », dans un contexte de forte activité due à un carnet de commandes bien rempli.

Dans un souci de perfectionnement des marges industrielles, un plan d'amélioration des performances des différentes usines devrait être mis en place à travers une démarche « lean management », en partenariat avec un cabinet spécialisé.

150 recrutements dans les trois prochaines années

Le dynamisme de l'activité devrait s'accompagner d'embauches. Après avoir recruté environ 200 personnes ces trois dernières années en France et en Tunisie, Catana Group prévoit la création d'une centaine d'emplois supplémentaires dans les trois ans pour soutenir la production de ses bateaux. Ainsi, quelque 150 embauches seront réalisées, dont une soixantaine à Canet-en-Roussillon.

À ce jour, le groupe emploie environ 480 personnes, dont 315 en France et 169 en Tunisie.

  • Catana 42

    Catana 42